Mon Compte

Première connexion

Inscrivez votre numéro de carte dans l'onglet "Identifiant".

Votre mot de passe initial correspond à votre nom en minuscules.

Top 10 des recherches

Je cherche, je trouve ( livres, musique, films, jeux... )

Le Mémorial de Sainte Hélène

Il y a deux siècles, dans la boue de la plaine de Waterloo s’achevait l’aventure impériale. L’empereur déchu, contraint de se livrer aux anglais est interné à l’autre bout du monde sur l’île de Sainte Hélène à 1850 km de la côte africaine. Il n’est accompagné dans cet exil définitif que de quelques domestiques et de trois officiers généraux.  Parmi ces derniers fidèles se trouve Marie-Joseph-Emmanuel-Auguste-Dieudonné, comte de Las Cazes. Le destin de ce rejeton d’une  famille aristocratique du pays toulousain qui se targuait de descendre du célèbre dominicain Bartolomeo de las Casas défenseur des indiens dans l’Amérique espagnole du XVI ème siècle, est politiquement atypique.

Emigré  sous la Révolution, par fidélité aux Bourbons il rejoint l’armée des princes à Coblenz et fait partie de la malheureuse expédition de Quiberon. Il rentre en France, après le 18 brumaire déçu par la pusillanimité des frères de Louis XVI, et s’engage par souci de fierté nationale  dans les armées de la République. Son dévouement et son courage au combat le font remarquer de Napoléon Bonaparte qui attache le bouillant volontaire à son service. Conseiller d’Etat en 1814, il refuse d’adhérer à la déchéance de l’Empereur, ne reparait à Paris que pendant les Cent-Jours et obtient l’honneur de suivre Napoléon dans son lointain exil. Las Cazes ne demeure auprès de lui que jusqu’au 27 novembre 1816.Le gouverneur de l’île Hudson Lowe qui exerce un commandement tatillon et harcèle quotidiennement la petite colonie française de mille mesures vexatoires le fait expulser à cette date et interner au Cap de Bonne Espérance.

Cependant durant les 18 mois de sa présence à Sainte Hélène Las Cazes, qui  fait office de secrétaire, a pu voir l’empereur déchu tous les jours et prendre notes de ses souvenirs et de ses réflexions. Rentré en Europe mais exilé en Belgique, il entame dès lors, la rédaction du «  Mémorial de Sainte Hélène ». Enfin autorisé  à regagner Paris après la mort de l’empereur, il publie en 1822-1823 une première édition en huit tomes et une seconde corrigée et augmentée dès l’année suivante. C’est cette seconde édition que conservent les collections de la BPR. 

Les 2000 pages du Mémorial connaissent un succès immédiat. Elles  rassemblent, en effet, la doctrine d’un courant politique français original appelé  à une longue postérité le bonapartisme qui prétend allier légitimité populaire et dynastique, autorité et égalité devant la loi, hiérarchie et prééminence de l'exécutif gouvernemental sur les assemblées parlementaires, appel direct au peuple contre les élites de toutes origines. Le Mémorial, modèle de communication politique réussi, installe ainsi durablement dans l’imaginaire  politique des français la légende napoléonienne. 

 

Malvoyant
Thème par défaut

Horaires

Médiathèque du Grand Cahors

Lun

Fermé

Mar 13h30-18h
Mer   10h-18h
Jeu 13h30-18h
Ven 13h30-18h
Sam   10h-18h
Dim

Fermé


ATTENTION : la section jeunesse est ouverte à partir de 16h30 les mardi, jeudi & vendredi (en dehors des vacances scolaires où elle est ouverte aux mêmes horaires que les autres espaces)


Bibliothèque patrimoniale

Lun

Fermé

Mar sur rendez-vous 14h-18h
Mer sur rendez-vous 14h-18h
Jeu sur rendez-vous 14h-18h
Ven sur rendez-vous Fermé
Sam Fermé
Dim Fermé

LES HORAIRES DES BIBLIOTHEQUES DU RESEAU :

Cliquez ici !

Les bibliothèques du réseau

Contactez-nous

Médiathèque du Grand Cahors

185, avenue Jean Jaurès

46000 CAHORS

05-65-24-13-44

mediatheque@grandcahors.fr